2017 – Un collège privé en 2018 à Saint-Jacques-de-Compostelle

Gilles Lelong et Myriam Giret travaillent sur l’implantation du futur collège, qui prendra place au bout de l’actuel lycée Saint-Jacques-de-Compostelle. pbonnet

La gestation du petit frère du lycée Saint-Jacques-de-Compostelle est bien avancée. Première pierre du collège privé en novembre, ouverture à la rentrée 2018.

Les vacances scolaires de février seront studieuses pour une vingtaine de professeurs du lycée privé Saint-Jacques-de-Compostelle. « Ils vont plancher sur le projet pédagogique du futur collège qui ouvrira à la rentrée 2018, explique Myriam Giret, la directrice de l’établissement. On doit définir un projet d’établissement distinct de celui du lycée, mais aussi un projet éducatif cohérent entre les deux. »

Des économies avec les structures existantes: restauration, administration…

Pendant ce temps-là, le projet architectural du futur établissement prend corps lui aussi. Gilles Lelong, le président de l’Ogec de Saint-Jacques de Compostelle (Organisme de gestion de l’enseignement catholique), multiplie les réunions avec les architectes du cabinet Chambon, « qui avait dessiné le lycée il y a vingt ans ». Le futur bâtiment, en forme de T, d’une surface de 3.000 m environ, sera positionné dans la continuité du lycée, « la jonction se fera à la hauteur des terrains de sports ». Un accès spécifique, avec un parking « dépose-minute », sera aménagé. « On n’a pas encore tranché sur la définition des espaces, mais on y est presque, ajoute Gilles Lelong. On espère que le permis de construire sera déposé en avril. » Les travaux pourraient ensuite débuter à l’automne, pour une première rentrée en septembre 2018 : « On a prévu d’officialiser la première pierre en novembre, pour fêter les 20 ans du lycée. »
Vingt ans, c’est aussi le terme des emprunts nécessaires à la construction du lycée. Une opportunité financière que l’OGEC a saisie pour financer le futur collège. « Le financement est en cours d’élaboration, explique Gilles Lelong. On table sur un investissement de 5,6 à 6 M€. » En choisissant d’intégrer le collège dans l’emprise de l’actuel lycée, les responsables de l’enseignement catholique ont privilégié un calcul économique: « Au départ, on cherchait un emplacement au sud-est de l’agglomération, ça aurait aussi pu être à Saint-Julien-l’Ars. Sauf qu’ici, le terrain nous appartient déjà et qu’on va profiter des structures existantes: la restauration, l’administration etc. » Une économie estimée à 30% qui a fait pencher la balance.
Pour ses promoteurs, l’ouverture d’un collège répond à un besoin: « On estime qu’il y aura 600 collégiens dans les années qui viennent, expliquent-ils. On table sur un petit établissement, de 300 à 350 places. On démarrera avec deux classes de 6e en 2018, puis deux classes de 5e l’année suivante, et ainsi de suite… » Pour anticiper la demande, l’administration prévoit déjà d’ouvrir les premières inscriptions à l’occasion des portes ouvertes du lycée, le 11 mars prochain.

Philippe Bonnet

source : Centre presse du 16/02/2017

centre presse banniere officielle