2018 – Poitiers prépare Carnaval – Nouvelle république

A la maison de quartier Seve de Saint-Eloi, des bénévoles/parents, des enfants et deux animatrices ont travaillé toute la semaine à la confection d’un char. © Photo NR

La préservation de l’environnement servira de toile de fond à la 27e édition du Carnaval de Poitiers qui devra faire face à une soudaine montée des eaux.


Pour sauver la ville Poitiers de la montée des eaux – sur fond de changement climatique –, un explorateur en découvre le moyen. Juste à temps avant que les embarcations de fortune des habitants ne coulent définitivement par le fond. Voici un résumé de l’histoire choisie, cette année, par Poitiers Jeunes, les maisons de quartier, des associations locales et des compagnies professionnelles pour le grand Carnaval « subaquatique » du 28 février prochain.
Un rendez-vous fédérateur qui donne une nouvelle fois l’occasion de rivaliser d’ingéniosité et créativité. Sans oublier les surprises qui jalonneront le défilé dont le départ est prévu place Leclerc. Tout comme la crémation – à renfort d’effets pyrotechniques, d’habillage sonore et pluie de confettis ou bulles de savon – de la « bonde géante » construite par la compagnie L’Homme debout. « Après le décollage, l’an passé, cette année ce sera le débouchage », lancent joyeusement Karine Abel (Poitiers Jeunes) et Ludivine Rémy (L’Homme debout).
La soupe “ akoi ” pour réchauffer les festivaliers Ce bouchon géant, actionné par 307 enfants, sera la clé du mystère « pour déboucher la ville immergée ». Avant cela et juste après le défilé des enfants, vers 16 h 30, le maire Alain Claeys sera invité à fermer un robinet (lui aussi géant) construit par Zo Prod qui réalisera également un char ; ce qui donnera le coup d’envoi des festivités. Mille portions de chocolat chaud (150 litres) seront distribuées gratuitement avant les premières interventions artistiques. Vers 18 h 30, parade dans les rues piétonnes avec une particularité pour le fond sonore (*) spécialement conçu par le musicien Thomas Baudriller (L’Homme debout). Dès le début de la déambulation, Sandrine la speakerine (L’Homme debout) sera placée en haut d’une tour pour commenter en direct et avec un porte-voix les événements carnavalesques.
Une fois la boucle bouclée, les festivaliers seront invités à déguster, non plus la potée d’antan mais la « soupe akoi » confectionnée par les restaurateurs de la place Leclerc. 1.500 portions seront offertes au public. Et ce sera la phase finale pour laquelle le public sera fortement sollicité afin de produire un très grand tourbillon autour de la crémation du bouchon géant.
(*) Thomas Baudriller a collaboré avec la web radio du Local « LA1337 » pour préparer une bande son à télécharger sur les smartphones des festivaliers à l’aide d’une application simple. Il suffira d’enclencher la musique au top départ du cortège pour provoquer un environnement sonore amplifié. Pour s’imprégner de l’ambiance de ce carnaval et être inspiré pour les déguisements, il est possible de découvrir l’histoire en six épisodes écrite par Manoo. Cette chronique « Le retour de Bidirond » est à retrouver tous les mardis sur le site de Poitiers Jeunes.

 

Source La nouvelle république