2017 – Lycée Kyoto : des initiatives pour faire vivre les campagnes

Le lycée Kyoto a accueilli une table ronde de professionnels investis dans la ruralité.  » Oui les campagnes vivent et ne sont pas condamnées à se dépeupler ! « 

Il est important de sortir des clichés trop souvent véhiculés d’une campagne qui meurt. Des projets se concrétisent, portés par des femmes et des hommes qui croient dans la ruralité. C’est le sens de la table ronde que nous avons organisée le 6 janvier dernier au lycée Kyoto pour que ces professionnels échangent avec nos lycéens inscrits dans la filière DATR, Développement et animation des territoires ruraux. Julie Toreau et Olivier Martin, membres de l’équipe pédagogique, veulent donner aux jeunes l’image de territoires ruraux « attractifs et dynamiques ». Quelques jours après le rendez-vous, les lycéens disent ce qu’ils ont retenu de la table ronde.

 » Il faut toujours y croire « 

800x600_241555> Jean-Jacques Cartrain, le maire d’Alloue (Charente) est venu présenter son projet de partage foncier et de financement participatif pour aider des jeunes agriculteurs à s’installer et à approvisionner la cantine de l’école en circuit court. « Original, réagissent les jeunes. C’est important de fournir à la cantine des fruits et des légumes produits sur place. »
> Yves Debien, agriculteur à Sèvres-Anxaumont et conseiller municipal. « Eleveur porcin, il met en route une unité de méthanisation. Il est le descendant de cinq générations d’éleveurs, ont noté les élèves. Il nous a dit qu’il faut toujours y croire. Si on a vraiment envie de monter un projet, on peut lever les contraintes. Nous avons aussi découvert qu’il est très ouvert sur les gens, au-delà des agriculteurs. »
> Du témoignage de Nathalie Audiguer, directrice commerciale de la Vallée des Singes à Romagne, les élèves retiennent la volonté de faire vivre un territoire éloigné de la ville en misant sur le tourisme. « La reprise du Vieux Cormenier et du parc de la Belle fait partie d’une stratégie de développement qui profite à l’économie de tout un secteur géographique. »
> Arlette Savin, la maire de Cissé, les a aussi étonnés quand elle a parlé de ses projets, « non seulement faire venir des jeunes, mais aussi faire en sorte que les anciens restent sur la commune. On a beaucoup parlé routes, transports, proximité. Elle est l’interlocutrice directe des habibants. »
Leur BTS en poche, la plupart des lycéens disent vouloir poursuivre leurs études, dans des secteurs très divers : le social, l’environnement, le sport en milieu rural… Leurs enseignants : « Au lycée Kyoto, ils acquièrent une méthodologie transversale qu’ils pourront ensuite exploiter dans de nombreux domaines. »

Jean-Jacques Boissonneau
Source Centre presse du 16/01/2017
centre presse banniere officielle