Call us on 44 7700 900693

Home » a propos » Les enfants préparés à régler eux-mêmes leurs conflits – la Nouvelle République

Les enfants préparés à régler eux-mêmes leurs conflits – la Nouvelle République

La Médiation par les pairs a été lancée jeudi devant les parents, les éducateurs, les représentants des associations et des bailleurs sociaux. - La Médiation par les pairs a été lancée jeudi devant les parents, les éducateurs, les représentants des associations et des bailleurs sociaux.

La Médiation par les pairs a été lancée jeudi devant les parents, les éducateurs, les représentants des associations et des bailleurs sociaux.

Quarante écoliers de Saint-Éloi vont intervenir pour régler leurs différends. Dans les écoles, sur le stade de foot, à la maison de quartier.

La Médiation par les pairs ne concerne pas seulement les écoles, mais le stade de foot, les activités à la maison de quartier… les lieux où se retrouvent régulièrement les enfants de Saint-Eloi. Du CE2 au CM2, ils ont été 80 à répondre à l’invitation lancée en novembre par les enseignants de Micromégas et Pablo-Neruda, les éducateurs de la maison de quartier SEVE, ceux du service de prévention ADSEA et du club de foot ASSE, pour être médiateurs auprès de leurs camarades. Traiter les petits différends au moment où ils surviennent. En tout cas, avant qu’ils ne dégénèrent.

Les parents aussi

« Sur les 80, nous avons dû n’en retenir que 40, a expliqué jeudi soir Pascal Mabille, responsable du secteur enfance à SEVE. Nous avons retenu autant de filles que de garçons, et voulu organiser une bonne représentation sur tout le territoire. » Ceux qui sont intervenus pour encadrer la formation des enfants se sont déclarés « bluffés » par leur niveau de réflexion. « Ils ont montré une maturité qui nous a surpris ». Ludivine, élève en CM2 : « Nous voulons éviter les disputes, les bagarres. » Mehdi, élève en CE2 : « On commence par apprendre à ne pas se couper la parole. »
Les adultes, eux aussi, ont été préparés de manière à être présents dans les situations de tensions, mais sans solutionner le conflit à la place des enfants. « Un mode opératoire qui ne s’improvise pas », ont dit Jonathan Barnier, médiateur social et éducatif à SEVE, et Manuel Balmer, directeur d’Aroeven, l’association sollicitée par les initiateurs du projet pour conduire la formation.
L’opération pourrait être reprise dans d’autres quartiers. Le collège Jean-Moulin y travaille, a indiqué Emmanuel Delestre du service de prévention ADSEA.

Anne Blanchard, directrice de Micromégas, a indiqué que des permanences vont se mettre en place avec les vingt élèves volontaires dans son établissement après les vacances de février les mardi et vendredi de 12 h à 12 h 15 et de 13 h à 13 h 30. Gilles Gautier, directeur de Pablo-Neruda, a donné les siennes : de 12 h à 12 h 15 et de 12 h 15 à 12 h 30 les lundi, mardi, jeudi et vendredi.

Jean-Jacques Boissonneau

Source : La Nouvelle République 30/01/2016 05:36

La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *